Business

Patronat: une plateforme pour fusionner Gicam et Ecam

La « Coordination patronale du Cameroun » a vu le jour à Douala, depuis ce 17 janvier 2019.

Les groupements patronaux du Cameroun ont-ils reçu favorablement l’appel lancé par le gouvernement ? Celui de se regrouper au lieu de demeurer dans des conflits stériles. Le Groupement inter patronal du Cameroun (Gicam) et Entreprises du Cameroun (Ecam) semblent avoir fait un pas vers cette dynamique. Les deux mouvements patronaux les plus importants du Cameroun ont décidé de créer une plateforme synergique, baptisée « Coordination Patronale du Cameroun« . Alain Blaise Batongue, le Secrétaire exécutif du Gicam, dévoile les objectifs de cette union patronale : « Il s’agit d’un cadre de partage d’information, d’échanges et d’harmonisation des positions des membres avec pour objectif principal de  contribuer à la mise en place de politiques intelligentes  favorisant la compétitivité et la croissance de l’économie camerounaise ». Important à relever toutefois, « la Coordination ne fait pas obstacles aux activités propres de ses différents membres. Ceux-ci restent des entités autonomes dotées de leur propre agenda de travail »,  d’après la Déclaration commune lue séance tenante par Alain Blaise Batongue. Pour qui « d’autres structures patronales peuvent adhérer à la Coordination sous réserve d’être représentatives, apolitiques et indépendantes ».


>> Lire aussi – Budget 2019: les 47 réformes du GICAM


Seulement,  la  représentativité des organisations patronales est déterminée selon  des critères sélectifs : une ancienneté minimale dans le champ patronal telle qu’attestée par les statuts de l’organisation, le respect des valeurs de l’économie de marché, de l’initiative privée, de l’entreprise et de l’éthique des affaires, l’indépendance vis-à-vis de tiers à l’organisation, des membres entreprises et organisations professionnelles, répartis dans au moins cinq branches professionnelles, la transparence financière, et notamment la publication de comptes comptables et financiers. Mais aussi, une activité régulière (réunions et  prise de positions sur les sujets touchant à la vie et au fonctionnement des entreprises).


>> Lire aussi – Valeurs mobilières: clash entre le Gicam et la Caisse autonome d’amortissement


Le champ d’action de la nouvelle Coordination patronale s’étend sur 5 domaines : la fiscalité, les questions macroéconomiques, les Petites et moyennes entreprises (PME), le dialogue Etat-Secteur privé et le dialogue Employeurs-Travailleurs. Cependant, il pourra être étendu à d’autres sujets, en fonction de l’actualité économique. Le Gicam et Ecam sont les deux organisations patronales les plus représentatives du secteur privé au Cameroun. Avec cette plateforme, Gicam et Ecam répondent de façon significative à la préoccupation gouvernementale en faveur d’une fusion d’actions entre organisations patronales du Cameroun : Gicam, Ecam, Mecam ou la Camerounaise des PME. Le Gicam enregistre à ce jour un millier de membres. 460 pour Ecam. La mise en place de la Coordination Patronale du Cameroun intervient au lendemain de la défection des rangs  du Gicam, d’Africa Food Manufacturing (Afm), producteur des marques « Broli » et « Armanti », décembre 2018. Mais aussi après la radiation en janvier 2018 par le même groupe patronal de 43 entreprises défaillantes.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!