Conjoncture
A la Une

Coronavirus : 300 milliards pour barrer la route à la Covid-19

La pandémie du coronavirus a entrainé la révision à la baisse des perspectives de croissance qui passent de 5,1% à -1,1%. 90% des entreprises et 78% des ménages se disent impactés négativement par la Covid-19.

Le Cameroun a franchi, ce 14 septembre, la barre symbolique des 20 000 cas positifs de Covid-19. Heureusement, le nombre de personnes guéries est supérieur à 85% et le taux de létalité est d’environ 2,3%. Mais si la pandémie semble suffisamment maitrisée sur le plan sanitaire, la facture de cette crise sanitaire, elle, est de plus en plus salée. Pas moins de 479,3 milliards de FCFA (dont 296 milliards de FCFA en 2020) sont ainsi nécessaires pour la mise en œuvre de la stratégie globale de riposte, de résilience économique et sociale, estime-t-on au ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat).

A l’occasion du séminaire de lancement des activités de préparation du budget 2021, une récente évaluation a été présentée sur l’impact de la Covid-19 sur l’économie camerounaise et les orientations de politiques publiques. Dans sa présentation, le directeur général de l’Economie et de la programmation des investissements publics au Minepat, Pr Isaac Tamba, relève les conséquences de cette pandémie aussi bien au niveau microéconomique que macroéconomique, met en exergue les principaux défis qui émergent face à cette crise et présente la stratégie gouvernementale de riposte et les trajectoires de croissance post Covid-19.

Lire aussi : Crise sanitaire : 15 ministères exclus du partage des fonds de la Covid-19

Au plan microéconomique, explique Pr Isaac Tamba, « 90% des entreprises estiment être négativement impactées par les mesures restrictives avec une baisse de la demande (94,2%, des difficultés d’approvisionnement (76%), des difficultés de financement extérieur (72%), une baisse de la production (82,6%), une baisse du chiffre d’affaires (95,5%), une réduction des effectifs des employés (52,8%). » Toutes choses qui amènent les entreprises à lancer le cri d’alarme, demandant un accompagnement du gouvernement, notamment au plan fiscal. Pour ce qui est des ménages, 78% se disent inquiets des conséquences de la pandémie, notamment pour l’avenir des enfants du fait de la perturbation du calendrier scolaire. 65% des ménages interrogés déclarent une baisse d’activité, 74% notent une baisse du revenu. D’où la nécessité pour le gouvernement de « renforcer la résilience sociale », suggère-t-il.

Lire aussi : Coronavirus : le gouvernement évalue le plan de riposte sanitaire

Au plan macroéconomique, l’universitaire relève que cette crise sanitaire a entrainé déjà la révision des perspectives de croissance de 5,1%, passant de 4% dans la loi des finances initiale à -1,1 actuellement. Les objectifs de mobilisations des recettes internes ont également été revus à la baisse de 768,6 milliards de FCFA (-21%), entrainant une révision à la baisse du budget 2020 542,6 milliards de FCFA (-11%) et une détérioration du solde budgétaire de global à -4,5% du PIB cette année contre -2,1% en 2019.

Face à cette situation, le gouvernement a décidé de prendre dix mesures de politiques pour consolider la stratégie nationale de développement. Ces mesures portent sur la transformation structurelle, le développement du capital humain, la promotion de l’emploi et de l’insertion économique, la promotion de la bonne gouvernance et le parachèvement de la décentralisation.

Lire aussi : Plan de riposte : le gouvernement préfère sauver l’économie

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer